RDC : Le collectif des médecins non primés a marché contre la léthargie des autorités face à leur situation.


08 Jul

Ce mercredi 08 juillet 2020, les grandes artères de différentes provinces de la République Démocratique du Congo,  ont été pris d'assaut par plusieurs médecins actifs, non primés et non salariés par l'État, pour manifester afin de sortir les autorités politico-administraves d'une léthargie profonde qui les a longtemps caractérisé, face à leur situation déplorée il y a bien longtemps(février 2019).


Les revendications ont commencé depuis le mois de février 2019, l'année au cours de laquelle, la représentation des médecins non payés par l'État, avait demandé et obtenu la rencontre avec le président de la république, pour lui faire parvenir les doléances d'environ 8000 médecins congolais impayés.


D'après nos sources dignes de confiance, ces doléances avaient attiré l'attention scrupuleuse du chef de l'État qui avait en son temps, instruit ses services pour qu'ils décantent leur situation pitoyable.


Cette situation qui a perduré depuis longtemps, a vite été malheureusement d'une manière partielle solutionné, en alignant à la prime de risque, 769 médecins au troisième trimestre de 2019, sur l'ensemble de 8000 que compte actuellement le pays.


Depuis lors, apprend-on, plusieurs réunions et ateliers n'avaient cessé d'être tenus avec différentes parties prenantes, le ministère de santé inclut, mais il n'y a toujours pas eu respect des textes comme convenu, le ministre de la santé ayant annulé par deux fois les fichiers issus de ces ateliers a confirmé le docteur Jean-Claude GIBEMBA, l'un des coordonnateurs du collectif, que nous avons contacté.


À lui de poursuivre : "en dépit de la nervosité ambiante due à l'apparition du coronavirus, même si tout le monde est calfeutré chez soi, nous médecins,   sommes au front pour sauver des vies, et certains parmi nous y succombent, sans avoir touché ni à leur salaire, encore moins à leur prime de risques; voilà qui nous révolte, pour sécher les hôpitaux, et envahir nos rues en réclamant nos droits."


Rappelons que cette marche contre la léthargie profonde des autorités, a été concomitamment organisée dans différentes provinces, et avait pour point de chute la primature de la république pour ceux qui l'ont tenu à Kinshasa.


L'affaire reste à suivre...


Gédéon ELONGA.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.