Tribune : Nécessité de mieux former les militants des partis politiques: débat a cœur ouvert


09 May

En RDC, une opinion a savamment été  entretenue et répandue selon laquelle "une fois aux affaires, un parti politique a l'obligation de donner de l'emploi à tous ses militants." 

C'est de la démagogie et un manque de réalisme patent, d'autant qu'aucun article ni de leurs statuts ni de leur règlement intérieur ne fait aucunement mention de cette obligation.

Cette attitude qui frise l'irresponsabilité rattrape toujours et peut coûter cher à tout parti politique en termes de cohésion interne. 

Même dans les pays  riches où généralement les partis politiques, parfois séculaires, sont  aussi riches, voire financés par l'Etat, il n'y en a aucun qui, après avoir accédé au pouvoir, a donné de l'emploi à tous ses militants. 

Ça n'existe pas et ça n'existera sans doute jamais. Et pourtant, des militants sans emploi ne manquent jamais. 

Un parti politique n'a pas pour vocation à donner de l'emploi à tous ses militants. Ce qui est d'ailleurs impossible, même avec les meilleures intentions du monde. 

En revanche, il est sensé  créer, par une politique réfléchie et incitative, les conditions nécessaires  susceptibles d'attirer les investissements profitables à tous les citoyens. 

Croire que les entreprises d'Etat et les régies sont des fourre-tout où l'on déverse tous les militants en quête d'emploi, c'est une conception dangereuse et surréaliste de la politique. D'autant qu'en RDC la plupart de ces entreprises sont aujourd'hui des canards boiteux. 

Ceux qui malgré tout y déversent leurs militants, fanatiques et frères sans emploi 

prouvent à suffisance combien ils sont inaptes à gouverner un pays. 

Quant aux militants des partis politiques, on adhère pas à ceux-ci pour espérer trouver un emploi. 

C'est à la fois une preuve et une forme de paresse condamnable. 

Tout militant doit pouvoir  trouver les moyens de vivre en dehors du cadre politique. 

C'est ça le modèle. 

C'est aussi une richesse d'un parti politique dont l'organisation nécessite la conjonction de plusieurs compétences issues du monde  professionnel parmi ses militants. 

Quand on observe ce qui se passe et qu'on analyse ce qui se raconte au sujet des promesses d'emplois au sein des partis politiques en République Démocratique du Congo, cela ressemble à un cirque où des dirigeants  se prennent pour des prestidigitateurs.  

Si ces derniers veulent que le Congo demeure dans la pauvreté et la misère, ils peuvent  continuer de faire rêver leurs jeunes militants  avec des discours du genre "tout le monde aura un emploi dans l'administration, les Cabinets ministériels,  les entreprises et régies d'État."

Mais s'ils aiment ce pays et s'ils veulent le voir prospèrer, ils ont intérêt à  se battre pour créer des conditions quant à cela et à encourager les jeunes gens à entreprendre dans les affaires, le commerce et d'autres activités légales et plus lucratives.

Dans un Etat de droit, tout le monde peut militer dans un parti politique.

Mais ce statut de militant ne donne pas forcément, encore moins automatiquement à tout le monde le droit , en cas d'accession au pouvoir, d'obtenir un avantage politique, tel qu'un emploi dans un Cabinet politique, un mandat dans une régie financière ou dans une société d'Etat. 

C'est ici qu'intervient la nécessité de former correctement les militants des partis politiques.

C'est bien dommage que les dirigeants des partis politiques se comportent comme des prestidigitateurs dont les illusions magiques (promesses d'emplois) n'ont qu'un seul but d'émerveiller( faire rêver) les militants, oubliant au passage qu'en politique comme dans la vie réelle on ne peut pas satisfaire  tout le monde. 

Toutefois, on agit en conséquence et en toute responsabilité, selon la nécessité et l'intérêt général. 

Or, l'intérêt des partis politiques, c'est aussi d'avoir des militants mieux formés politiquement et déjà actifs sur le plan professionnel. 

L'idée d'adhérer à un parti politique sans conviction mais uniquement dans le souci et l'espoir de trouver un emploi, devrait révulser toute conscience. 

On ne peut pas entretenir la fainéantise sous prétexte que l'on milite dans un parti politique et qu'on caresse le rêve d' acceder un jour à la mangeoire. 

C'est très choquant de voir tout ce gâchis ! 

D'ailleurs, beaucoup de militants des partis n'ont même plus honte d'affirmer qu'ils auraient sacrifié leur vie et jeunesse pour militer et que, par conséquent, leurs partis ont le devoir de leur trouver un emploi. 

Une conception du militantisme aussi effrayante que pitoyable !

Le débat est lancé mais de grâce abstenons nous de toute injure et de toute passion.

 

Blaise

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.