Sous la pression du Front des fossoyeurs du Congo : Jeanine Mabunda signe un scandale !


09 Dec

Un démon visite le Bureau de l’Assemblée Nationale. Depuis son installation le 24 avril 2019, l’on ne va que de violations en violations de son Règlement intérieur. Et pourtant, tout le monde espérait qu’avec l’avènement à la tête de la Chambre basse de notre Parlement, de la dame de fer, doublée de plusieurs titres académiques et d’une expérience avérée dans la conduite des affaires de l’Etat, les choses allaient bouger pour le meilleur, en rapport aussi bien avec l’image de notre parlement que des conditions sociales du personnel, administratif et politique. Que non. La marche de la Chambre basse est à tâtons. Le Règlement intérieur est énervé, le personnel politique et administratif traité violemment en l’absence de la décision de la Présidente du Bureau, nommant les membres des cabinets des membres du Bureau, etc.

Dernier cas en date, c’est la manière dont les articles 35 et 36 du Règlement ont été violentés par l’honorable Jeanine Mabunda placée sous pression des caciques du Front Commun pour le Congo qui ne supportent pas les déplacements de l’honorable Jean-Marc Kabund-A-Kabund, dans le cadre de ses missions et attributions.

En effet, l’article 35 du Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale dispose : ‘’Le Premier Vice-président est chargé des questions législatives, des relations avec les groupes parlementaires et des relations extérieures. Il remplace le Président en cas d’absence ou d’empêchement’’ ; tandis qu’à l’article 36, il y est repris les attributions du Deuxième Vice-président : ‘’Le Deuxième Vice-président est chargé de la mise en œuvre des moyens d’information et de contrôle de l’Assemblée Nationale. Il s’occupe également des relations avec la Cour des Comptes, de la sécurité sociale des Parlementaires, SESOPA en sigle et des problèmes des députés. En cas d’absence ou d’empêchement du Président ou du Vice-président, il les remplace’’. Mais ici, la Présidente de l’Assemblée Nationale dont l’esprit de cohésion et du respect des attributions de ses collègues membres du Bureau a été salué, vient de virer à gauche en cédant aux pressions des caciques du FCC, Néhémie Mwilanya et Emmanuel Shadary qui ont demandé à Jeanine Mabunda d’écarter Jean-Marc Kabund de missions à l’extérieur du pays pour les confier uniquement au Deuxième Vice-président.

Pour preuves, en date du 29 novembre dernier, elle a signé un ordre de mission contre nature en transférant abusivement les prérogatives et attributions du Premier Vice-président, l’honrable Jean-Marc Kabund-a-Kabund au Deuxième Vice-président, l’honorable Boniface Balamage Nkolo, Deuxième Vice-président de l'Assemblée nationale pour que ce dernier conduise, en lieu et place du Premier Vice-président, une délégation des Députés, composée à la hâte pour la circonstance, à la 46ème Assemblée plénière du Forum parlementaire de la SADC qui se tiendra du 13 au 18 décembre prochain en Namibie. Il appert que Jean-Marc Kabund-a-Kabund, dont la présence est très attendue, a minutieusement préparé ces assises avec ses collègues membres du Comité Exécutif du FP SADC. A ce titre, il est même programmé pour intervenir au nom de ses pairs lors de la séance d'ouverture de ces assises. Une telle usurpation de Madame Mabunda et ce, en toute violation du Règlement Intérieur de l'Assemblée nationale, étale au grand jour la mauvaise foi du FCC qui se croit propriétaire de la République. Pis encore, si une telle cabale venait à se concrétiser, cela aurait des conséquences gravissimes et ternirait sérieusement l'image du pays auprès de nos partenaires qui ne comprendraient pas ce manque du sérieux.

Il est donc très facile de trouver que ces fauves qui ont trahi Joseph Kabila qui n’a pas trouvé 15 personnes pour reconstruire la RDC et qui n’ont pas été transformés de Zaïrois en Congolais par leur chef, s’évertuent à casser l’élan du retour de notre pays dans le concert des Nations d’où il a été tiré.

Finalement, c’est Félix-Antoine Tshisekedi que ces caciques veulent voir échouer dans son engagement de lutter contre la misère et la pauvreté en RDC.

Vis-à-vis de l’extérieur et des ennemis de la RDC, Joseph Kabila n’a pour bouclier que Félix-Antoine Tshisekedi, en voulant créer une crise qui n’existe pas contre le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, ces nostalgiques de la dictature s’attaquent à l’ancien Président dont la présence à la tête du FCC et du PPRD gêne énormément. Ils tiennent que vite les raisons d’exil soient trouvées pour qu’ils restent nager sans Joseph Kabila qu’ils veulent mort ou en exil.

Une situation qui pourra remettre ce pays dans un chaos qui a été évité de justesse par la sagesse des deux hommes. Voilà pourquoi, le Président de la République honoraire, Joseph Kabila avait effectué un déplacement de Kisantu, à la retraite du FCC où l’objectif était d’entreprendre des actions pour fragiliser, aussi bien l’UDPS, son Président a.i. Jean-Marc Kabund et surtout le Président Félix-Antoine Tshisekedi.

Joseph Kabila est allé tonner pour demander à ses poulains adorateurs, d’abandonner cette voie périlleuse pour lui comme pour tute la nation congolaise. Voilà ce qui justifie le profil bas affiché dans le communiqué final de cette messe noire qui avait accouché d’une souris.

Et là, on veut contourner l’exhortation à l’apaisement de Joseph Kabila pour désarticuler le bon fonctionnement et l’esprit d’entente qui existe entre les membres du Bureau de l’Assemblée Nationale. Peut-être que ces deux caciques visent, comme c’était leur souhait, à pousser Mabunda à violer le Règlement Intérieur, de manière à obtenir son éjection du perchoir.

C’est ici que les langues se délient pour demander au peuple de rester vigilent et aux militants de l’UDPS de savoir que leur pouvoir est en danger.

Dossier à suivre.


Nicole Kakese

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.