Dispute entre Ngoyi Kasanji et Lutumba au sujet de l’ACDD : Deux renards en quête de positionnement politique !


04 Aug

Loin d’être un combat des coqs, les querelles autour de la gestion du parti Alliance Chrétienne pour la Démocratie et le Développement (ACDD), entre l’ancien gouverneur du Kasai Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, et le professeur Prince Lutumba wa Lutumba, secrétaire général de ce parti supposé révoqué, ne cachent que les ambitions de l’un et de l’autre de se positionner dans un camp politique en coalition au pouvoir, en vue d’avoir une place au soleil.

Alors qu’Alphonse Ngoyi Kasanji qui sait qu’il n’a aucune chance d’arracher un poste ministériel ou de mandataire au sein des entreprises publiques s’accroche au FCC et se fait un garçon de courses d’Emmanuel Shadary qui l’a recruté pour des critiques exacerbes à l’endroit du président Félix Tshisekedi à tel point que celui que tout le Kasai Oriental considère comme le piètre des gouverneurs que cette province ait connu, est devenu champion en tweets à l’occurrence du président américain Donald Trump, le secrétaire de son parti, lui, fait allégeance à l’UDPS, parti présidentiel qui, dit-il, est véritablement engagé sur la voie de redresser le pays et dont les efforts doivent être soutenus. Le professeur Prince Lutumba qui a mordu la poussière aux législatives de décembre 2018, ne s’empêche pas de menacer les députés et sénateurs ACDD qui ne s’aligneront pas derrière lui de perdre leurs mandats.

Dans ce duel de deux renards en quête de positionnement politique, la difficulté pour Alphonse Ngoyi Kasanji est de prouver que l’ACDD lui appartient, lui qui était du PPRD à l’époque de la création de l’ACCD puisque contraint comme tous les autres gouverneurs de 2007 par le tout-puissant feu Augustin Katumba Mwanke à adhérer au PPRD au risque d’être déchu. Si les autres cofondateurs de l’ACDD qui ont créé ce parti pour permettre à Ngoyi Kasanji de se libérer de l’emprise du PPRD, se sont désintéressés et ont préféré voler de leurs propres ailes au regard de l’esprit étouffant de Ngoyi Kasanji qui ne voulait pas les voir émerger, le professeur Prince Lutumba, lui, ne lâche pas prise étant donné que les documents au Ministère de l’Intérieur comportent son nom. Les listes des candidats aux législatives des 2011 tout comme de 2018 déposées à la CENI sont signées par lui. Véritable clé de boa pour «Tshiobesha» qui a porté le dossier au tribunal.

Le conflit politique actuel entre Ngoyi Kasanji et Lutumba wa Lutumba, non seulement anciens amis, mais aussi professeur et étudiant, a pris d’autres dimensions que le professeur Lutumba qui connaît comment Alphonse Ngoyi Kasanji est devenu licencié en Droit, ne sait le dire au risque de se faire sanctionner lui-même à l’UNIKIN. Le professeur Lutumba sait qu’il est mis en cause dans cette supercherie académique de son ami Kasanji que personne n’a vu dans l’auditoire de l’Université de Kinshasa mais qui, par magie de son secrétaire du parti et professeur dans cette université à la Faculté de Droit, s’en est sorti avec une distinction ! En récompense de tout ce «travail», Ngoyi Kasanji avait démarché pour que Lutumba soit placé comme secrétaire général académique à l’Université de Mbuji-Mayi.

Voilà les vérités que les partenaires devenus ennemis connaissent mais ne peuvent se les balancer en face publiquement de peur d’être tous éclaboussés. Leurs anciens collaborateurs à qui ils ont causé beaucoup de torts estiment que c’est l’Eternel Dieu qui les a confondus et leur fait payer leur ingratitude.



SRDC.NET

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.