Au nom et pour le compte de Jeanine Mabunda : Le Gouv CrispinNgdundu installé roi de la Mongala !


02 Jun


  • La Mongala, uneRépublique dans la République !


Incroyable, mais vrai. Il y a une nouvelle République en République Démocratique du Congo. Elle s’appelle ‘’La République Dictatoriale de la Mongala’’. Elle est dirigée par Monsieur Crispin Ngbungu, Président de la République et Floribert Gala Nzienge, Président du Parlement sous l’impulsion de Mme Mabunda pour qui l’on devra trouver un titre dans les jours à venir.

C’est une République qui répond à ses propres principes et lois. La loi de la terreur et du gangstérisme d’Etat. Une République qui impose sa manière de gestion au point de laisser les émotions, la colère et l’humeur s’installer au-dessus de tout.

C’est ce qui résume le comportement de ces deux sieurs catapultés à la tête de la Province de la Mongala dont les filles et fils ont été des modèles non seulement dans la gestion, mais aussi et surtout dans l’instruction à de très hautes études.

Aujourd’hui, c’est la honte de la Mongala dans la gestion de cette province où Crispin Ngbungu se croit investi Roi de la Mongala au point de piétiner toutes les dispositions légales et réglementaires dans la gestion des entités déconcentrées et des médias.

Les administrateurs sont limogés sans aucune référence à sa hiérarchie.

Tout ne répond qu’à la vision imprimée par Mme Mabunda qui est Présidente de l’Assemblée Nationale et se croit pour cela, établie leader de la Mongala.

Sa personne ne peut être critiquée. Toute critique visant sa personne est considérée comme un crime de lèse-majesté et doit être sévèrement punie.

L’arbitraire

C’est le cas de ce jeune journaliste, Fabrice Ngani qui a été enlevé le mardi 26 mai 2020 lorsque les éléments de la Garde rapprochée du Gouverneur de la Mongala ont envahi les installations de la Radio ‘’La Voix de Bumba’’ qu’ils ont vandalisées avant d’interrompre le signal avec une violence extrême.

Après que le Colonel, Commissaire de Bumba ait refusé d’exécuter un ordre sans mandat, le Gouverneur va charger sa garde rapprochée pour ramener Fabrice Ngani qui a été torturé avant d’être transféré au cachot.

Il n’a fait que 48 heures à Bumba. Vite il a été transféré à Lisala pour être jeté à la Prison Centrale d’Angenga. Le seul péché, c’est d’avoir organisé les émissions au cours desquelles, la lettre du Premier Ministre en réponse à celle de Jeanine Mabunda au sujet du statut de l’honorable Jean Pierre Lihau au sein de son Cabinet, a été passée au peigne fin.

En effet, Mme Jeanine Mabunda semble avoir appris que Monsieur le Premier Ministre aurait nommé Jean-Pierre Lihau au poste de Directeur de Cabinet adjoint. Vite, elle a sollicité l’éclairage sur le statut du Député Lihau. En réponse, le Premier Ministre n’a pas caché qu’il avait appris que Monsieur Jean-Pierre Lihau serait en train de mener des manœuvres contre la personne de la Présidente de l’Assemblée Nationale. Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’a pas caché son intention de confier à ce jeune expérimenté la gestion de son Cabinet. Mais Lihau avait opté pour son mandat à l’Assemblée Nationale. C’est autour de cette question que les échanges au cours de ces émissions ont tourné. Pour le Gouv Crispin Ngbungu, on ne peut traiter de cette question à Bumba dans le fief aussi bien de Mabunda que de Lihau. Ces échanges ont été jugés par lui comme des propos outrageants et désobligeants vis-à-vis de la Présidente de l’Assemblée Nationale. Par conséquent, il s’est chargé pour réprimer pareil dérapage. Mais sur base de quel fondement juridique ?  

Nbgungu ne veut pas répondre à cette question. Il est passé très vite à l’action : suspendre quatre stations de radio en toute illégalité et procéder à l’enlèvement des journalistes dont quatre de la ‘’Voix de Bumba’’. 

Communiqué controversé

C’est à travers un Communiqué officiel, conjointement signé avec le Président de l’Assemblée provinciale, Monsieur Floribert Gala que le Gouverneur de la Mongala a fermé ces quatre médias en violation des lois qui régissent la liberté de presse en RDC ou le secteur des médias. Il ne s’est même pas référé au Ministre national ayant en charge les médias. Une gestion atypique lorsqu’il faut imaginer la séparation des pouvoirs où l’exécutif est responsable de ses actes devant le Parlement provincial.

La notabilité Bumba contre

Toute la notabilité de Bumba (Les religieux, les membres de la Société civile, les opérateurs économiques, culturels, sportifs et politiques) se sont levés comme un seul homme pour dire non à cet état des choses.

Le Mouvement Citoyen ‘’MponaEkolo’’, s’est aussi levé pour dire non à cette arrestation arbitraire et contre les recherches des autres 5 journalistes en clandestinité à la suite de la fermeture de leurs medias loin de toute la procédure en la matière.

Face à cette procédure cavalière, le Substitut du Procureur, basé à Bumba a refusé d’établir un quelconque mandat pour transférer ce journaliste à Lisala. Face à ce refus du Substitut du procureur, le Gouverneur va envoyer sa jeep personnelle avec sa garde rapprochée pour escorter le journaliste et quatre membres du Mouvement Citoyen MponaEkolo à Lisala.

Ces quatre activistes pro-démocratie ont été arrêtés au motif qu’ils ont lancé un appel à la marche pour protester contre la marche du territoire de Bumba.

Il s’agit de Taylor Engonga, Peter Tetunabu et Yannick Mokanga.

Ils ont été torturés, passés au tabac avant d’être transférés à Lisala où sur ordre du Gouverneur Crispin Ngbungu seront vite placés sous mandat d’arrêt provisoire à la Prison d’Angenga.

Menaces sur la notabilité

Entre temps, le Gouverneur fait peser de graves menaces de mort sur tous les notables de Bumba. Il a indiqué que tous doivent s’incliner devant le leadership de Mme Mabunda.

Conflit de leadership

Lorsque deux éléphants se battent ce sont les herbes qui en pâtissent. C’est le moins que l’on puisse dire au regard du conflit de leadership qui n’en est pas un entre Mme Mabunda et son jeune frère, Jean-Pierre Lihau.

Pour les proches de Mabunda, Jean-Pierre Lihau n’accepte le leadership de la Présidente de l’Assemblée Nationale. Ce qui ne se conçoit pas dans la mesure où les deux sont d’un même part politique, ayany un seul mentor en politique et une Autorité Morale. Ce qui est vrai est qu’en peu de temps, Jean-Pierre Lihau, a instauré une nouvelle approche dans la quête de sa base. C’est lui qui va vers la population. Ce qui l’a imposé ainsi dans leurs cœurs au point de le surnommer ‘’Mwanansuka’’.

‘’Mwanansuka’’ dérange et crée un complexe dans le chef de Mme Jeanine Mabunda qui est déterminée à nuire à la carrière de Jean-Pierre Lihau qui a une expérience au Parlement de plus de 15 ans d’une manière permanente, comme Assistant parlementaire ou comme Conseiller juridique ou encore comme Directeur de Cabinet adjoint pour chuter Directeur de Cabinet avant d’être élu Député National.

Ses réalisations sont tellement nombreuses qu’elle n’a trouvé mieux que de s’attaquer à quiconque porte soutien à ce jeune turc qui a su s’imposer auprès de vieux loups de la politique congolaise.

Protestations

Sans tarder, le Conseil d’Administration de la Radio La Voix de Bumba a protesté contre cette mesure cavalière du Gouv de la Mongala. Une lettre de protestation qui a été réservée également à toutes les autorités compétentes en la matière tant au niveau national que provincial.

L’honorable Lihau Jean-Pierre, s’est levé également non seulement comme propriétaire de la Voix de Bumba, mais comme Représentant des Bumbalais qui sont privés de leur droit à l’information.

Il a saisi le Vice-premier-ministre et ministre de l’Intérieur pour intervenir dans cette affaire.

Nick Kakese/CP

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.