LE COMMUNIQUE DE LA DCDHE DU 23/05/2020 CONCERNANT L’ENLEVEMENT DE L’HONORABLE JEAN JACQUES MAMBA ET LE MILITANT DE L’UNC TUE DANS LA MANIFESTATION A BUKAVU


28 May

La DCDHE est très préoccupée de la montée systématique des violations de droits de l’homme qui s’érige en culture depuis le début de l’année 2020. Ce modus operandi consistant à se servir des parquets et des juridictions pour régler les comptes de nature politicienne fait reculer la RD. Congo à l’époque du Zaïre de triste mémoire. La DCDHE rappelle à la Justice congolaise que la Cour de sureté de l’Etat qui avait cette mission de Police politique a été abrogée par le Constituant de 2006 pour la raison de consolider l’Etat de droit et la liberté démocratique. La DCDHE demande la libération sans condition de l’honorable Jean Jacques MAMBA et que les actions disciplinaires soient ouvertes contre les auteurs qui ont violé le Code de la procédure pénale et la Constitution dans son article 17 aux alinéas 1 et 2 ainsi que l’article 107. La DCDHE rappelle la Justice congolaise qu’elle est le dernier rempart des faibles et qu’une Justice partiale soit la Justice pour les forts a été la source de revendications violentes et armées dans notre pays. La DCDHE apprend ce matin avec amertume le meurtre d’un manifestant de l’UNC et d’une autre victime blessée grave par la Police dans une manifestation pacifique à Bukavu qui a pour objet, la libération de l’honorable Vital KAMERHE. De ce fait, la DCDHE condamne avec énergie ce meurtre et les arrestations brutales des paisibles manifestants et exige que les responsabilités soient établies. Ainsi, la DCDHE demande à la Commission Nationale des Droits de l’homme (CNDH) et le Bureau Conjoint de Nations Unies pour les Droits de l’homme(BCNUDH) de rappeler à l’Etat congolais de ses engagements internationaux pris en matière de droits de l’homme.


Fait à Kinshasa, le 23 mai 2020 

Pour la DCDHE Président National Me Carlos MUPILI

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.