TANGANYIKA : Le gouvernement provincial n'approuve pas le bilan des tueries de LUBASHA, fourni par le député Jean MANDA Kasambala.


07 Jul

Dans un point de presse tenu ce 6 juillet de l'année en cours, le ministre provincial de l'intérieur, sécurité, communication et médias, DIEUDONNÉ KAMONA YUMBA, a donné son bilan définitif des tueries dans le village Lubasha, le territoire de Moba.


Le bilan fait état d'un élément Maï-Maï tué, et 2 personnes blessées par balles qui sont actuellement internées  dans une structure sanitaire de la place pour des soins appropriés.


Contrairement à un bilan déjà évoqué la semaine dernière par l'élu national du même territoire, Jean Manda Kansabala, qui selon lui, il y a eu au total cinq personnes tuées.


Ce bilan de l'honorable Kansabala n'est pas apprécié par le gouvernement provincial. Le ministre Kamona a, au cours de son message, rappelé que: "c'est pour la deuxième fois que monsieur Jean MANDA député de son état, tente de dérouter la population, la diviser et la révolter contre les autorités provinciales et l'armée".


La même déclaration du député n'a pas bien sonné à l'oreille du gouvernement provincial qui a continué par la bouche du ministre de condamner avec la dernière énergie les propos de l'élu national : " le gouvernement provincial, entant que responsable traditionnel de la sécurité de sa population, n'a aucun intérêt de cacher un bilan d'un quelconque massacre du peuple; cette déclaration n'est pas digne d'un élu du peuple appelé à concilier la population et à la sensibiliser au respect des règles du pays et des institutions."


De son côté, l'honorable Jean Manda confirme que le bilan donné par le gouvernement provincial n'est pas exact par rapport au massacre de lubasha. Je ne voudrais pas qu'on engage des polémiques autour de ce qui se passe à Lubasha ,mais je voudrais que les gens comprennent que les militaires ont tiré et il y a eu mort d'hommes, qu'on dise un ou cinq, mais il y a eu mort d'hommes. Nous ne sommes pas là pour démentir mais nous sommes là pour corriger que la situation s'améliore et que la population vive en paix.


Melchior Katuntu N'kulu Ndadaye.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.