RDC: « Affaire » Trafigo Sarl: GRINCEMENTS DE DENTS À KINGAKATI


05 Sep

La très nébuleuse société « Trafigo Sarl » qui sous-traite les activités de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) au poste-frontière de Kasumbalesa (Haut Katanga),  déploie, depuis début août, une vaste campagne de communication aux allures de propagande. Un député national et plusieurs médias kinois ont été « mobilisés » pour vanter, sans la moindre esprit critique, les « réalisations » de cette firme que d’aucuns suspectent, à tort ou à raison, d’empocher 60% des recettes au détriment de la DGDA. Celle-ci n’en recevrait que 40%. Les articles publiés se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Le statut de parlementaire et le métier de journaliste sont confondus avec celui de publicitaire. Au siège de la DGDA à Kinshasa, on se tait. Le silence devient assourdissant.


Dans ses sorties médiatiques dans le cadre du mouvement « Eveil patriotique », l’évangéliste Pascal Mukuna n’a pas manqué de dénoncer la déstructuration du tissu économique du pays durant les dix-huit années de « règne » de « Joseph Kabila ». Des entreprises publiques sont délibérément rendues exsangues au profit des sociétés privées contrôlées généralement par des proches ou membres de la fratrie « Kabila ». On peut citer, à titre indicatif, le cas de l’ex-Onatra, rebaptisé Société commerciale des transports et des ports (SCTP) et de la DGDA.


Président de l’intersyndicale de l’ex-Onatra, Armand Osase, a déclaré, mardi 1er septembre, que les travailleurs de cette entreprise publique ont salué la décision prise, vendredi 28 août, par le Président de la République – lors de la 46ème réunion du Conseil des ministres – de fermer tous les « ports illégaux ». En cause, la « concurrence déloyale » que ces ports privés font subir aux ports officiels. C’est le cas notamment de Matadi.


UN CONTRAT LÉONIN


A en croire ce syndicaliste, l’ex-Onatra recevait, jadis, dans ses ports, 200 à 300 navires le mois. Il n’en reçoit plus qu’une dizaine. Cette entreprise publique se trouve, de ce fait, dans une « situation de quasi-arrêt d’exploitation », a-t-il souligné. Pendant ce temps, les entreprises privées dirigées par des « prête-noms » arborent une santé financière insolente. C’est le cas de la DGDA au poste-frontière de Kasumbalesa, le deuxième en importance après Matadi.


De 2005 à 2020, la DGDA a été dirigée, dans une opacité totale, par une personnalité, étiquetée RCD-Goma, « très proche » de « Kabila ». Il s’agit de Déo Rugwiza Magera qui est décédé le 15 avril dernier. Paix à son âme! C’est durant ce long mandat inhabituel que la firme privée « Trafigo Sarl » a obtenu la sous-traitance des activités douanières au poste-frontalier de Kasumbalesa. Le « contrat » remonterait au mois de mai 2018. De l’avis général, il s’agit d’un « contrat léonin ».


Selon diverses sources, Trafigo Sarl – qui est dirigée par un prête-nom, en l’occurrence Magali Raway Kayitesi – empocherait 60% des recettes. La DGDA, elle, se contenterait des miettes soit 40%.


En février 2019, un « lanceur d’alerte », œuvrant à la BCC (Banque centrale du Congo), avait appelé l’attention du président Felix Tshisekedi sur cette situation. L’homme n’est pas allé par quatre chemins en précisant que cette société « appartient » à Jaynet « Kabila ». Et d’ajouter que Trafigo Sarl « élude » mensuellement 24 millions de dollars de recettes fiscales.


Ce n’est pas la première fois que la famille « Kabila » – qui considère le Congo-Kinshasa comme un bien privé voire une prise de guerre – tente de faire main basse sur l’ex-Ofida (Office des douanes et accises), rebaptisé DGDA. Il y a un précédent avec le « contrat d’assistance », conclu sans appel d’offres, entre l’ex-Ofida et l’énigmatique firme britannique « CTC » (Customs and Tax Consultancy Inc.) dont le siège social était situé dans un paradis fiscal à Wilmington, Delaware, aux Etats-Uins. C’était en juin 2008.


Curieusement, ledit contrat sera contresigné par les ministres Athanase Matenda (Finances), Adolphe Muzito (Budget) et Jeanine Mabunda (Portefeuille) en lieu et place de l’Ofida, dotée de la personnalité juridique. En face d’eux, on notait la présence de deux retraités britanniques. A savoir Christopher Outhwaite et John Bidway. Ceux-ci prétendaient être à la tête d’une équipe de 65 experts.


GRINCEMENTS DE DENTS À KINGAKATI


Le dossier Ofida-CTC était suivi par Raymond Tshibanda, alors directeur de cabinet de « Kabila ». Tshibanda était « assisté » par le Franco-Libanais Roger Alfred Yaghi, président du conseil d’administration de la défunte Banque Congolaise (BC). Ouvrons la parenthèse. L’épouse Yaghi née Florentine Kalubi Tshimanga fut nommée consul du Congo-Kinshasa au Liban. Fermons la parenthèse.


La partie congolaise devait verser préalablement une somme de 7,5 millions de dollars à CTC. Objet du contrat: « augmentation des recettes douanières et faire de l’Ofida une administration moderne ». En contrepartie, « le consultant et ses sous-traitants sont exonérés des taxes et impôts ».


Au siège de l’ex-Ofida, le personnel considérait le partenariat avec CTC comme une « magouille d’Etat ». Au motif que l’ex-Ofida disposait d’une « expertise-maison » pour fonctionner de manière autonome.


Dans une lettre adressée au ministre des Finances en date du 29 août 2008, l’Intersyndicale de l’ex-Ofida exigea l’annulation pure et simple de ce « contrat léonin ». Aux dernières nouvelles, le « consultant » CTC réclamerait une somme d’un milliard de dollars au Congo-Kinshasa pour « non-respect de contrat ».


Revenons à Trafigo Sarl. Une agitation certaine règne actuellement au sein de cette entreprise. A preuve, le « recrutement » de quelques « propagandistes » occasionnels chargés de faire l’éloge d’une prétendue « valeur ajoutée » apportée à la DGDA par Trafigo Sarl.


Successeur intérimaire de feu Déogratia Rugwiza, Jean-Baptiste Kongolo qui doit son ascension sociale à l’ex-raïs, affiche un silence embarrassé. Les membres de la fratrie « Kabila » sont, semble-t-il, « intouchables ». Jusqu’à quand? Il incombe à l’IGF (Inspection générale des finances) de débusquer tous les lieux où se passe le « coulage des recettes »…


Baudouin Amba Wetshi

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.