Processus électoral : Après Malonda, Délion Kimbulungu porté par Kabila pour tripatouiller les scrutins de 2023 ?


10 Aug

Les langues se délient pour condamner l’acharnement de l’ancien Président de contrôler à tout prix la centrale électorale. D’abord, c’est l’Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Ambongo et son frère le Président de l’Eglise du Christ au Congo, le pasteur Bukondoa qui ont mis en place un critérium discriminatoire pour éliminer tous les candidats de l’espace Grand Kasaï, au motif qu’ils sont de la même zone linguistique avec le Président de la République. Et pourtant, ce critère a été mis en place pour éliminer les experts des élections de renommée mondiale qui étaient en lice pour remplacer Corneille Nangaa.

La Kabilie a compris le jeu et s’y est accommodé pour faire passer Ronsard Malonda, jugé un des acteurs de l’organisation technique de la triche des élections de 2006, 2011 et 2018. Pour cela, Kabila avait tenté de distraire Félix-Antoine Tshisekedi et son équipe pendant que les services de Jeanine Mabunda pour parachever cette triche et placer Félix-Antoine Tshisekedi devant un fait accompli.

Pire, le choix et l’entérinement sont opérés sans celui de tous les autres membres de la plénière de la CENI. Comme pour dire que la Kabilie tient juste à organiser la tricherie et la fraude avec la tête de la Centrale électorale. Surtout qu’à la Vice-présidence, elle pourra y placer un cacique qui pourra tout bloquer et arranger le tout en faveur du candidat du FCC.

 

C’est ce qui justifie le choix porté sur Délion Kimbulungu qui serait porté par la sœur jumelle de Joseph Kabila Kabange, Jaynet Kabila.

Après avoir échoué à imposer Ronsard Malonda, les proches de Joseph Kabila ont trouvé la pièce de Délion Kimbulungu. C’est un ancien de la CENI qui fut le Conseiller en Communication du Président Abbé Malu Malu. Charges qu’il a continué d’assumer avec l’arrivée de Monsieur Corneille Nangaa qui va se débarrasser de lui au motif qu’il serait très impulsif et les rapports avec ses collègues seraient exécrables. Il serait aussi un grand partisan du temple de Bacchus. Ce qui avait beaucoup pesé dans la décision de l’actuel Président de la CENI.

Après avoir été viré de la CENI, Délion Kimbulungu a été récupéré et versé à la CIME, chez les confessions religieuses qui seraient sous les bottes du Président de la CENI. Là aussi, il n’a pas été gardé pendant longtemps à cause de mêmes causes qui l’auraient éloigné de Nangaa.

C’est ici que beaucoup de langues ne comprennent pas comment avec tout ce lourd bilan, les Kabilas veulent porter cette candidature à la tête de la CENI ? On serait même prêt de tout donner pour qu’il passe au mépris de tous les CV et expertises des autres candidats. C’est d’ailleurs à ce propos que beaucoup d’experts n’attendent que la réouverture du processus, mettre tout le monde dans les conditions égales et concourir par consensus au poste de Président de la CENI. Etant donné qu’il est impossible de laisser aux seules confessions religieuses qui se sont politisées à outrance, il est temps de laisser cette tâche aux autres composantes de la Société civile pour plus de crédibilité.  

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.