Mort très tôt hier mercredi : Voici les raisons de la mort du Juge Raphaël Yanyi !


28 May

C’est une bombe. Elle a déchiré les cœurs de plusieurs Congolais. Raphaël Yanyi, Président ad intérim du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe est mort brusquement et mystérieusement dans la nuit de mardi à mercredi à Kinshasa au Centre Nganda de Kintambo. Ce décès intervient, 48 heures après qu’il ait président l’audience opposant le Ministère public à Vital Kamerhe et consorts.

Cette audience a été suspendue et renvoyée dans une note noire lorsque le Directeur de Cabinet du Président Tshisekedi, a menacé de mettre le feu si on faisait venir son épouse et sa belle-fille comme renseignants. Le Directeur de Cabinet était entré en transe et est monté sur ses chevaux avant de se faire recadrer par l’Avocat de la partie civile qui a donné les raisons de cette comparution qui seraient liées aux mouvements bancaires des deux renseignants.

D’après ses proches, il avait commencé sa journée normalement, mais c’est vers 17 heures alors qu’il revenait d’un rendez-vous que les premiers signes de faiblesse ont été constatés. Son état de santé s’est dégradé davantage dans la soirée. Raphaël Yanyi a été transféré à l’hôpital vers 21 heures où son décès a été constaté.

Le Parquet près le TGI/Gombe a requis une autopsie auprès du Médecin légiste de l’Hôpital Général de Kinshasa/Gombe. Il a aussi interdit au Directeur de l’Hôpital militaire du Camp Kokolo dans la morgue de qui le corps a été placé de ne pas autoriser la levée de sa dépouille mortelle ou son déplacement.

Après l’annonce de sa mort, la situation était tendue autour de la résidence du juge. Des jeunes s’étaient mobilisés hier matin. Des barricades avaient été placées avant que la police ne se déploie et fasse usage de gaz lacrymogènes pour disperser la dizaine de manifestants.

Sur les réseaux sociaux aussi, c’est l’emballement. Chacun y va de son commentaire. On retient par exemple l’appel du mouvement citoyen Lucha qui demande que toute la lumière soit faite sur ce cas de décès. Il y a aussi l’appel de Hervé Diakese, avocat et activiste membre du mouvement Le Congolais debout a déclaré : ‘’Honorer sa mémoire c’est aussi poursuivre sans désemparer toutes ces actions judiciaires autour du "programme des 100 jours".

Étant donné les circonstances, les questionnements sont légitimes. Il est dans l’intérêt de la Justice et de toutes les parties au procès Kamerhe & Crts que la cause du décès du juge Raphaël Yanyi soit déterminée scientifiquement, par une structure indépendante et crédible.

La première conséquence de ce décès va être la désignation d’un nouveau juge. D’après les sources judiciaires, lorsqu’un membre de la composition est décédé, le Président du Tribunal désigne un nouveau juge. Dans un deuxième temps, l’ensemble des procès-verbaux des deux audiences qui avaient eu lieu dans cette affaire vont être relus. Mais dans son cas, c’est un peu difficile, parce qu’il faut que la hiérarchie désigne au préalable un intérimaire au TGI/Gombe où il assumait également l’intérim du juge Songa Mbele en suspension.

 

L’autre question est de savoir qui sera le juge président dans l’affaire. Si celui qui entre a la même ancienneté que celui qui est décédé, le nouveau juge deviendra le juge président, mais c’est assez rare. L’hypothèse la plus plausible serait de prendre le plus gradé des deux juges. A priori, au sens procédural, il n’y aura pas d’incidence sur la suite du procès, mais au niveau psychologique, perdre le juge président quand on sait que la précédente audience était tendue, pourrait laisser des traces.

IN

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.