DICTATURE OU ETAT DE DROIT A LA MONGALA ?


29 May

Trois membres du Mouvement Citoyen Mpo Na Ekolo arrêtés et placés en garde à vue dans la Prison de Bumba.

VID-20200529-WA0032.mp4

 Aux environs de la journée, pendant qu'ils étaient recherchés discrètement, ces trois membres (Taylor Engonga, Peter Tetunabu et Yannick Mokanga) se sont présentés devant le Colonel de la Police pour s'imprégner des reproches pénaux dont ils ont fait l'objet par des rumeurs. Prenant la parole, le Colonel leur dira qu'il y a un texto balancé au nom dudit Mouvement appelant les membres à une marche de grande envergure pour déstabiliser la ville. Et bien avant cela, certaines déclarations anonymes ont fait état à une quelconque rencontre avec les Notables Budza dans la résidence de leur Président, Monsieur Sylvain Maboke, pour planifier autour de cette marche. Avec toute émotion, ces trois membres ont manqué quoi dire par rapport à de telles accusations farfelues. Sur place, le Colonel leur a demandé de rencontrer le Ministre Provincial de la Justice pour faire le point et clamer leur innocence. Devant le Ministre Provincial de la Justice, pendant que son collègue de l'Intérieur était aussi dans la même pièce, celui-ci (Ministre Provincial de l'Intérieur) empêcha son collègue de la Justice d'attendre les trois soupçonnés et ordonna au Colonel de les arrêter et de les conduire à la Prison pour un probable transfert à Lisala. Par son ordre, il ira plus loin pour affirmer qu'il représentait le Gouverneur en voyage.


A la Prison et devant l'OPJ lors de l'audition, nous avons été consulté pour assister les trois messieurs.

Hélas, sur une vingtaine de questions posées par l'OPJ, une seule question a concerné l'objet du dossier <<reconnaissez-vous avoir rédigé un texto appelant vos membres à la manifestation ?>>, toutes les autres questions n'ont été que fantaisistes et uniquement en rapport avec la création du Mouvement, sa survie, sa personnalité juridique, son expansion, etc., ce qui n'avait rien à avoir avec l'objet de la cause.

Par-delà ces questions, nous étions autorisé de poser aussi quelques questions pour éclairer la lanterne :

▪️En quoi on reproche exactement nos clients, est-ce pour avoir créé un mouvement citoyen, pour avoir organisé un sit-in ou pour avoir rédigé un texto ?

👉 Réponse : vous le saurez plus tard.

▪️Selon le Colonel de la Police, nos clients auraient rédigé un texto appelant à la déstabilisation de la ville, est-ce ça le problème ?

👉 Réponse : quelque part, oui.

▪️Si c'est pour le texto, quel est le nom de l'infraction reprochée ?

👉 Réponse : plus tard.

▪️ Pouvons-nous connaître le contenu du texto et le numéro de l'expéditeur ?

👉 Réponse : je vous fais la lecture (il fait aussi la lecture).

▪️ Après votre lecture, on comprend que le texto est anonyme et nulle part il y a indication du Mouvement Citoyen <<Mpo Na Ekolo>> comme rédacteur. Pouvez-vous alors nous faire lire ce texto par votre téléphone pour nous permettre de voir qui est l'expéditeur ?

👉 Réponse : non ! Si vous voulez, je vous le transfère.

▪️Si vous transférez, nous aurons du mal à y croire, car vous pouvez le rédiger vous-même. Pouvons-nous exactement connaître le numéro du téléphone émettant ce texto ?

👉 Pas de réponse.

▪️Le numéro de téléphone appartient à une seule personne et une seule personne aussi peut rédiger un texto et le partage, pourquoi alors arrêter trois personnes pour un seul texto ?

👉 Réponse : on a arrêté le Coordonnateur et le Porte-parole parce que c'est eux les organisateurs et ils doivent répondre à tous les actes du Mouvement.

▪️ Sont-ils organisateurs de quoi ? Et pourquoi le troisième qui n'est qu'un simple membre ?

👉 Pas de réponse.

▪️ Qu'est-ce qui vous a convaincu que ce soi-disant texto que vous-même connaissez l'existence et le contenu n'est rédigé que par les trois ?

👉 Pas de réponse.

▪️Qui s'est plaint pour ce dossier ?

👉 Réponse : vous le saurez plus tard.


Voilà en bref ce qui a constitué cette audition. Et au final, ces trois jeunes doivent passer nuit en garde à vue à la Prison sans connaître les faits pour lesquels ils sont reprochés et sans palper du doigt les éléments de preuve mis à leur charge.


Ainsi, n'étant pas l'unique juriste en RDC ni à la MONGALA, j'invite tout le monde à analyser avec moi où va la Province de la MONGALA.


Faisant confiance à la justice congolaise, je la laisse faire son travail en vertu de l'Etat de Droit, tout en me réservant de crier à un coup monté de toutes pièces pour intimider et faire taire les membres de ce Mouvement Citoyen en vitesse de croisière.``` 


 Me Chrispin BOTULU MAKITANO.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.