Confinement COVID-19 : Kinshasa devrait se servir de l'exemple de Lubumbashi !


27 Mar

Le Gouverneur de la ville province de Kinshasa a décidé le confinement de la population sur une période de trois semaines d'une manière intermittente. Une décision que d'aucuns jugent d'irréfléchie et d'inintelligente dans la mesure où elle n'est pas accompagnée de mesures d'encadrement. Seuls le personnel soignant, les éléments des services de sécurité et le personnel de la fonction publique en nombre réduit seront autorisés à sortir.

 Avec quels moyens de transport, dans la mesure où les transporteurs aussi seront confinés ? Quatre jours, les gens seront dans leurs maisons, avec quoi ils vont sortir deux jours pour s'alimenter ? Quelles sont les mesures prises par les autorités pour maintenir au minimum la vie de ses citoyens en termes de fourniture en eau potable et en énergie électrique, en alimentation?


Et pourtant, le Gouverneur de la province du Haut-Katanga a donné le meilleur exemple qui devrait être suivi par ses collègues en ce que deux jours ont suffi pour identifier les passagers du vol qui avait transporté les deux cas suspects. Le Gouverneur Jacques Kyabula est très vite passé à la télé prendre des mesures qui s'imposent. La symbolique est patente et communique en elle-même en ce qu'il n'a pas mis de cravate comme pour dire que l'heure est grave. Et comme Kinshasa n'a pas prouvé que les deux cas étaient positifs, les suspectés ont été très vite remis où ils pouvaient facilement être pris en charge. Des décisions réfléchies et responsables qui auraient dû sauver la province, en cas d'une contamination avérée. Que non. Les Gouvernements central et provincial de Kinshasa nagent dans  une incohérence de communication qui frise l'amateurisme. 

La communication du Gouvernement central, comme celui  de la province de Kinshasa fait paniquer la population et la place dans une psychose au lieu de l'apaiser. 

Nous y reviendrons.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.