Au lieu de créer un Etat fort : Joseph Kabila a fabriqué des hommes puissants !


02 Jul

C’est la République des dons. Une République que nous a laissée Joseph Kabila. Peut-être qu’il l’a mal copiée de Moïse Katumbi qui était habitué déjà depuis sa présidence à la tête de Tout-Puissant Mazembe.

Désormais, c’est tout opérateur politique qui se livre en scènes pour effectuer des travaux et laisser son nom sur les ouvrages :’’Don de tel’’. Ce qui est bizarre, tous ces travaux sont effectués avec les fonds de l’Etat que l’on a acquis d’une manière générale frauduleuse.

Cet argent pouvait être injecté par le circuit normal avec les agents ou fonctionnaires de l’Etat pour rendre ainsi celui-ci puissant et grand pourvoyeur des besoins des citoyens. Mais Joseph Kabila nous a fabriqué des hommes et femmes forts plus que l’Etat qui désormais sont sans distance vis-à-vis des souffrances des autres individus. Tout est fait dans le cadre de la propagande politicienne. Parce que si ces dons avaient été opérés pour le bien des victimes, ils ne devraient faire l’objet de beaucoup de campagnes de publicité dans les médias. 

Au lieu de réhabiliter Hôpitaux publics Généraux de référence de Sendwe, de Maman Yemo, Kintambo,..., le régime de Joseph Kabila a préféré s’associer aux Indiens pour fabriquer des Hôpitaux privés aux prix des soins onéreux au point de ne pas permettre au petit peuple d’accéder aux soins appropriés pendant que tous les dignitaires allaient à l’étranger pour ne même pas se faire consulter dans ces structures médicales privées. 

Ce n’est qu’après son départ du pouvoir que la publicité s’accentue sur celle que beaucoup commencent à appeler la Ministre en charge de l’inhumation des artistes musiciens. Elle dont les entreprises bénéficient des exonérations et du monopole exclusif sur l’importation et la consommation sur le marché national de certains produits, retourne d’une manière frauduleuse, les bénéfices indus à la population à travers certaines œuvres philanthropiques et caritatives.

Kin-Marché, Egal et Regal, trois entreprises où il est observé certains Indiens qui ne seraient que les propriétés du couple qui s’est imposé sur l’économie nationale sans tenir compte des conflits d’intérêt créés. 

La dernière œuvre caritative, est cet Hôpital, cadeau de Maman Olive Lembe à l’occasion du 60ème anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance aux habitants de Bibwa. 

Une occasion créée ainsi pour étouffer le message à la Nation du Chef de l’Etat dans cette période de crise au sein de la coalition FCC-CACH. Tous les moyens ont été mobilisés pour atteindre cette fin : RTNC en direct, les medias importants du pays et étrangers ont été mis à profit pour cet évènement pendant que le bateau de l’ancien Président d’une capacité de 300 passager étaient lancés sur le Lac Tanganyika.

L’Etat devrait être la plus Grande Fondation ou la Plus Grande ONG à laquelle les autres fondations ou ONG devraient venir en appui et non le contraire. Ici, nous sommes en face d’un Etat qui est aidé par des individus, comme le criminel Muhima qui a dit au cours du procès 100 jours qu’il a dépensé de son argent de poche pour résoudre les problèmes d’Etat.

Un bijou aux habitants de Bibwa

C’est un hôpital ultramoderne dans un milieu urbano-rural pour une population en dessous de la classe moyenne.

D’après les informations sur le dépliant remis à la presse avant cette cérémonie d’inauguration par le premier ministre, cet hôpital organise plusieurs services : urgences, médecine interne, pédiatrie, imagerie (scanner 24 barettes, RX, mammographie, échographie), gynécologie et maternité, chirurgie générale, chirurgie endoscopique, orthopédie, chirurgie cardiovasculaire, neurochirurgie, spécialités (ORL, dentisterie, ophtalmologie) et urologie.

« Si son statut a changé, son cœur est resté le même et continue à battre pour le bien-être de l’humanité. Ce centre hospitalier qui ouvre ses portes au grand public est le fruit de 10 ans d’abnégation, de dur labeur et parfois d’humiliation sans entamer la détermination de Marie Olive Lembe à accomplir son crédo : aimer le prochain comme soi-même », lit-on sur le dépliant remis à la presse.

«La raison couplée de bon cœur, peut réaliser des miracles», c’est l’essentiel que l’on peut retenir de l’allocution de madame Marie Olive Lembe Kabila, à l’occasion, ce 30 juin 2020, de l’inauguration du Centre Hospitalier Initiative Plus (CHIP) qu’elle a construit à la cité qui porte son nom, au quartier Bibwa, un faubourg à l’Est de Kinshasa.

Ce centre, dit-elle, est le fruit de 10 ans d’abnégation, de dur labeur et parfois d’humiliation sans entamer sa détermination à accomplir son credo, à savoir : «aimer son prochain comme soi-même. C’est cet amour qui l’a poussée à assurer tant soit peu l’égalité des chances d’accès aux soins de santé de qualité à travers ce centre hospitalier ultramoderne construit dans un quartier reculé de Kinshasa. C’est d’abord sur un terrain marécageux qu’elle érige la cité qui porte son nom où 150 villas sont construites et distribuées gratuitement aux plus démunis dont pour la plupart des veuves. Elle va y construire ensuite deux écoles, primaire et secondaire. Et pour couronner tout, elle y ajoute enfin ce centre hospitalier ultramoderne.

Ultramoderne c’est le cas de le dire, car, d’après la description du docteur Jeef Ntalaja, chef du projet, non seulement que ce centre hospitalier organise tous les services [urgences, médecine interne, pédiatrie, imagerie (scanner 24 barrettes, RX, mammographie, échographie), gynécologie et maternité, chirurgie générale, chirurgie endoscopique, orthopédie, chirurgie cardiovasculaire, neurochirurgie, spécialités (ORL, dentisterie, ophtalmologie) et urologie], mais dispose aussi des équipements de dernier cri. Elle dispose également d’une pharmacie bien fournie et d’une banque de sang.

Avec une douzaine de chambres privées d’hospitalisation et 5 communes spacieuses, le CHIP a une capacité de 120 lits, emploie plus de 90 médecins et personnels bien recrutés et formés à la manipulation des appareils de haute performance technologique, et offre ses services à des prix socialement abordables. Les consultations générales par exemple sont à 7.500FC, moins de 5USD alors que dans d’autres formations médicales de sa trempe, elles varient entre 20 et 30USD. Un examen par scanner est à 80USD pendant qu’ailleurs il se fait au-delà de 250USD.

Voilà qui a fait dire à l’évêque émérite et ancien cardinal Laurent Monsongwo Pasinya, invité à la cérémonie et dont Olive Lembe se réclame père spirituel, qu’il s’agit d’une œuvre charitable, œuvre d’amour d’une vraie chrétienne. Non sans raison, même si le coût de l’investissement pas été révélé, il n’est pas évident qu’Olive Lembe gagne dans cette œuvre philanthropique qui semble visiblement avoir englouti pas moins de 5 millions USD.

Qui aurait cru qu’un terrain marécageux pouvait devenir un site habitable et doté des infrastructures comme ce centre hospitalier ultramoderne !, ainsi s’est exclamé le bourgmestre de la Nsele, Augustin Kama avant de remercier la bienfaiteuse des habitants de sa commune qu’il veut émergente.


DF  

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.